Des partisans du changement démocratique indignés

22 يونيو, 2014 09:00 ص

30 0

Des partisans du changement démocratique indignés

Atmane Mazouz du RCD, l’invitation faite aux forces de l’opposition, «pour servir de décor dans des consultations qui ont tourné à une véritable comédie burlesque, ne peut être prise au sérieux».

L’option de la transition brandie par ceux ayant préféré boycotter ces consultations se veut l’une des plus dangereuses formes d’opposition à l’appel de la présidence de la République à la participation au dialogue sur la révision constitutionnelle.» C’est en ces termes que le directeur de cabinet de la Présidence, chargé de mener les consultations sur la révision constitutionnelle, a qualifié la démarche prônée par les partis impliqués dans la Coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique (CNLTD).

Invité à réagir à cette déclaration au nom du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Atmane Mazouz a estimé qu’«Ouyahia est dans une partition qui signe son conditionnement définitif. Il est le parfait missionnaire du clan qui cherche à donner l’illusion de tuteur». M. Mazouz, dont le parti est partie prenante dans la CNLTD, considère que la sortie du directeur de cabinet de la Présidence est «un aveu d’échec et les Algériens n’oublieront pas de sitôt que ces déclarations viennent d’un homme qui a institutionnalisé les fraudes électorales, exécuté tous les coups bas portés à une démocratie balbutiante et raté toutes les occasions pour la stabilité de la nation dans le seul souci de complaire au clan dominant».

Invité à réagir à cette déclaration au nom du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Atmane Mazouz a estimé qu’«Ouyahia est dans une partition qui signe son conditionnement définitif. Il est le parfait missionnaire du clan qui cherche à donner l’illusion de tuteur».

Plus encore, note le même responsable du RCD, l’invitation faite aux forces de l’opposition, «pour servir de décor dans des consultations qui ont tourné à une véritable comédie burlesque, ne peut être prise au sérieux». M. Mazouz, notant ne pouvoir participer à un processus décrié par l’écrasante majorité de la classe politique, estime que «la réaction venant de ce genre de profil, devant l’impotence du chef de l’Etat et le blocage de toutes les institutions, sont l’un des symptômes les plus sévères révélant la déchéance et la régression nationales». Et d’indiquer qu’«Ouyahia feint d’ignorer ce que propose l’opposition dans son document portant sur la transition démocratique pour ne pas désavouer le suzerain».

مصدر: elwatan.com

إلى صفحة الفئة

Loading...