Le bon et mauvais exemple

30 يونيو, 2014 09:00 ص

24 0

Le comportement et la conduite des joueurs Camerounais, Ghanéens, Nigérians ont déçu profondément les citoyens du continent et laisser perplexes les observateurs qui suivent la Coupe du monde au Brésil.

Cette situation n’est pas nouvelle. Elle dure depuis des années. A chaque grande compétition (CAN, Coupe du monde), elle s’invite dans le débat et caricature l’image de l’Afrique et son football. Mis à part les sélections du Maghreb et de l’Afrique du Nord, toutes les autres ont été un jour confrontées à cette lamentable situation où des joueurs se rebellent contre leurs dirigeants et menacent de ne pas prendre part ou de quitter la compétition.

Le Cameroun et à un degré moindre le Ghana, avec ses deux joueurs exclus pour avoir réclamé des primes, ont terni un peu plus l’image pas toujours belle du football africain. Il serait mal approprié de faire le procès des seuls joueurs. Leurs responsables (politiques) et dirigeants (sportifs) portent une lourde responsabilité dans cette tragédie. Très souvent, ils ne tiennent ni les promesses ni les engagements avec les footballeurs.

La participation à la Coupe du monde gonfle pourtant les comptes en banque des fédérations, mais les joueurs ne voient pas toujours la couleur de l’argent qu’ils ont contribué, par leurs performances sportives, à faire atterrir dans les caisses des associations nationales. Cela durera ainsi jusqu’au jour où enfin chacun assumera ses responsabilités.

D’aucuns, ici au Brésil, se sont demandé : «Un tel scénario peut-il se produire avec l’équipe d’Algérie ?» La réponse est bien sûr non ! Depuis plus de 10 ans, la Fédération mène une politique transparente dans ce domaine. A l’avance, les joueurs savent ce qu’ils vont percevoir en cas de succès. La Fédération tient toujours ses promesses et les primes sont versées à temps. En matière de primes tout est nickel entre la Fédération et les joueurs.

De cette relation est née une confiance totale entre les sélectionnés et la Fédération. Malheureusement, ce n’est pas le cas partout en Afrique où l’Algérie est un exemple cité à tout bout de champ. Cela aussi contribue grandement à l’accomplissement d’une performance. Le jour où tous les dirigeants du football le comprendront et seront convaincus de l’importance de cette stratégie, alors là l’Afrique pourra aspirer à un destin à la mesure du potentiel de ses enfants.

مصدر: elwatan.com

إلى صفحة الفئة

Loading...